Alors, tu la sens ma grosse fin d’année ?

Crédit photo : Imagine Ent/Kobal/REX/Shutterstock

Nous arrivons dans la période de l’année qui provoque en moi le plus de dissonances.
Les jours sont de plus en plus courts, je ressens le besoin de ralentir.
A côté de ça, nous approchons de la folie de la fin de l’année avec son cortège d’injonctions commerciales, de festivités planifiées et une effervescence qui transpire du moindre email reçu.

Sur le plan personnel, cela fait déjà pas mal de temps que je me détache de tout cela, mais sur les plans familiaux, sociaux et professionnels, cela reste difficile.

Professionnellement, la fin d’année est un moment important pour notre maison d’édition : les mois de novembre et décembre sont des mois doubles, voire triples et contribuent à l’équilibre annuel de l’entreprise.
Compliqué d’échapper à cela, de ne pas céder à la tentation : de proposer des offres « spéciales fin d’année », d’intensifier la communication et surfer sur la fièvre ambiante. D’autant que nous avons un beau projet et des livres riches de sens non ?

Familialement, même si les enfants grandissent, chacun prépare plus ou moins sa petite liste, émet ses vœux, commence à penser aux fêtes à venir et les choses s’organisent pour ces quelques jours de retrouvailles et d’agapes.

Autour de nous, c’est toute la société qui semble au diapason. Oh… il y a bien quelques petites voix qui retentissent ici et là, mais combien sommes-nous à oser le dire pour combien qui se taisent ?

Oui, je pourrais me mettre en retrait, déployer la carapace, hiberner et ne revenir qu’à la mi-janvier lorsque, repus de frangipane, nous reprendrons collectivement une vie à peu près normale. Mais j’aime trop la compagnie de mes frères et sœurs humaines pour disparaître ainsi presque 2 mois.

J’aime les fêtes, j’aime partager… mais j’ai du mal avec le côté « c’est maintenant, et pour tout le monde« .

Quelles alternatives joyeuses et constructives pourrais-je déployer pour me sentir en phase avec mes aspirations, tout en ne me coupant pas du monde autour de moi ?

Si toi aussi, tu ressens cela et cherches de nouvelles pistes, alors n’hésite pas à me partager tes idées. Je fais le pari que je ne suis pas un extraterrestre et que les questionnements que je peux avoir sont plus largement partagés que je le crois.

 

2 Comments

  1. J’avais été inspirée l’année passée, sans contrevenir trop aux traditions, par cet article http://www.slate.fr/story/171486/noel-yule-familles-traditions-rites-fetes-solstice-terre

    Se reconnecter à la nature, à ce qu’elle offre, fabriquer soi-même quelques cadeaux, profiter juste d’être ensemble et de fêter les jours qui rallongent, jouer ensemble, chanter…
    Dans notre village, le petit groupe Zéro déchets se pose la question de passer les fêtes et comment… comment respecter notre « voeu de sobriété » et les efforts que l’on fait le reste du temps sans «  » »brimer » » » les enfants…
    Bref, Yule, c’est peut-être une idée… 🙂

    Répondre

    1. Merci Marine pour ce lien / ce rappel.
      C’est vrai que je le connais Yule et ça serait bien que j’en parle un peu plus dans mon cercle familial et amical 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *