Lydia Bourguignon : « L’agriculture est la seule source de richesse qu’il soit »

 » Il nous faut ainsi réactualiser la définition de l’agriculture car elle est la seule source durable de richesse qui soit. Contrairement à l’industrie ou à l’extraction de minerais qui apportent une transformation irréversible, un grain de blé semé en donne cent grâce à la seule énergie du soleil.  »

Source : Kaizen Magazine : Lydia Bourguignon : « L’agriculture est la seule source de richesse qu’il soit »

Les Echappées : une plateforme où il fait bon apprendre

Franck fait partie de ces personnes que je rencontre à l’occasion des salons auxquels je participe ici et là et avec lesquelles je garde un lien. Il faut dire, qu’en ce qui concerne Franck, le fait qu’il vienne s’installer du côté d’Ancenis alors que nous nous sommes rencontrés sur Paris a aidé à garder le contact.

Franck est de cette peuplade des tisseurs de liens. Un talent qu’il exerce notamment à travers le projet de la Télé des enchantés.

Mais la grosse actualité de ce printemps 2017 pour Franck et son amie Julie c’est la plateforme « Les échappées » que je vous invite à découvrir :

Ce nouveau monde qui ne demande qu’à naître…

Cette prise de parole de Valarie Kaur m’a rappelé cette phrase d’Antonio Gramsci sur les crises, les monstres et ténèbres.
Ce n’est qu’en prenant conscience et en acceptant la situation que nous pourrons la transformer.
Oui, respirons, crions si cela nous soulage, mais laissons nos peurs de côté, et ensemble accouchons de ce monde plus juste qui ne demande qu’à naître.

Merci à mon amie Sandrine Roudaut d’avoir partagé cette video plus tôt dans la matinée et de m’avoir permis de découvrir ainsi le parcours et l’engagement de Valarie Kaur (notamment son projet Revolutionary Love).

Oui Sandrine, tout cela résonne parfaitement avec ton livre « Les Suspendu(e)s ». Ce cri du cœur parle fort et juste.
Merci à toi sœur de sens.

Les data peuvent-elles nous rendre heureux ?

Devant un tel article, je ne sais pas si je dois rire ou me révolter.

Extrait :

« Mon propos est aussi simple que radical. Arrêtons de voir la donnée au prisme de la surveillance ou de la performance économique. Il est urgent que nous opérions un changement d’axe, de perspectives. Ne nous demandons plus ce que nous pouvons faire pour la donnée mais ce que la donnée peut faire pour nous.Mettons la donnée au service de la seule cause qui compte vraiment. Notre bonheur. Celui de nos enfants. De notre planète. »

Source : Les data peuvent-elles nous rendre heureux ? | L’ADN

Isabelle Attard : « Il y a davantage de créativité en dehors des partis politiques »

Archéologue, chercheuse, directrice de musée, Isabelle Attard a vécu en Suède et travaillé en Afrique du Sud avant de s’installer en Normandie et de s’engager en politique. Aujourd’hui députée de la cinquième circonscription du Calvados, elle milite pour une transparence accrue des institutions, une gestion responsable de l’argent public, un sursaut citoyen, une démocratie participative et une VIe République. Élue en 2012 sous la bannière d’Europe Ecologie – Les Verts, elle se présente aux prochaines élections législatives comme simple citoyenne. Dernièrement, elle a lancé aux côtés d’autres élus, comme Nathalie Perrin-Gilbert, maire du premier arrondissement de Lyon, ou Charlotte Marchandise, issue de l’initiative laprimaire.org, le mouvement « La belle démocratie ». Interview.

Source : Isabelle Attard : « Il y a davantage de créativité en dehors des partis politiques »

Big data, vie privée, intimité, biens communs et démocratie…

Un grand merci à Timothy Duquesne, auteur de « l’avenir des pixels est entre nos mains » de m’avoir signalé cette video d’Aral Balkan.

Oui, c’est en anglais, oui, ça dure une heure…
mais c’est passionnant.
Il commence doucement avec Facebook, Google… puis il nous parle de design, de biens communs et de démocratie.

Des sujets qui résonnent parfaitement avec mes pensées du moment, alors que je travaille sur #leprojetfou saison 3.

A lire également :
Ce billet sur Framablog
Cet article autour du design dans le libre sur le blog de Marie et Julien

Le jour où j’ai réalisé…

Mon amie FB Gabriele Holzweg a partagé cet article du Réseau d’Etude Décoloniales (le RED) qui me touche tout particulièrement.

En tant qu’homme, blanc, né dans une famille catholique, résidant dans mon pays de naissance, marié, père… J’ai bien conscience d’appartenir à plus d’un titre à des groupes majoritaires qui imposent leur point de vue depuis des décennies/siècles. Des groupes qui ont modelé la société à leur convenance.

Pourtant, à l’intérieur de chacun de ces groupes, je me sens régulièrement à titre personnel fragile et minoritaire.

Mais qu’est-ce que ce sentiment comparé à ce que peut ressentir au quotidien une personne qui appartient dès le départ à une minorité ?
Même avec une capacité d’empathie importante, j’ai conscience d’être très en-deça de la réalité du ressenti.

Ce n’est qu’en lisant les témoignages de femmes, de jeunes de banlieue, d’exclus, d’hommes noirs, d’immigrés… qu’en échangeant aussi souvent que possible avec d’autres humains, aussi divers et variés que je peux effleurer cette réalité qui n’est pas la mienne.

Après plusieurs années de lectures et de rencontres, je me rends compte qu’il y a encore beaucoup à faire.

A ce jour, je reste convaincu qu’au delà de toutes nos différences, la reconnaissance et l’acceptation de notre humanité commune, nous sauvera.

Pour aller plus loin, en tant qu’humains, nous nous sommes accordés des privilèges sur les autres espèces et sur l’ensemble du vivant qu’il est maintenant temps de revisiter.

Source : Le jour où j’ai réalisé qu’être blanche me donnait des privilèges… – Réseau d’Études Décoloniales

Le design dans le libre : pistes de réflexion

Tu aimerais utiliser plus souvent des logiciels libres mais  souvent il y a un « truc » qui te bloque… Et si ce « truc » c’était le design… enfin, l’absence de celui-ci ?

Dans cet article Julien, du blog Marie & Julien, apporte d’intéressantes pistes de réflexions pour l’amélioration du design des logiciels libres et l’intégration des designers dans les équipes projet.

Source : Le design dans le libre : pistes de réflexion – MARIE & JULIEN